Finka Overview | Operators | Rainbow Six Siege | Ubisoft (CA)

RETOUR
Finka icon

Finka

Finka faction

SPETSNAZ

Camp
Assaillant
Rôle
back-line, buff
Protection
Vitesse
Difficulté

CAPACITÉ UNIQUE ET STYLE DE JEU

La poussée d’adrénaline de Finka active des nanorobots pré-injectés et composés de zinc dans le corps des agents, ce qui libère un cocktail pharmacologique dans leur système, les nanorobots se servant du zinc comme élément nutritif. Ces nanorobots donnent à son équipe un bref surplus d’énergie, les aident à se remettre sur pied et améliorent la précision de leurs tirs. Elle est la seule capable d’adapter les nanorobots à la physiologie de chaque agent.

Équipement

Arme principale

Spear .308

FUSIL D'ASSAUT

6P41

FUSIL-MITRAILLEUR

SASG-12

FUSIL À POMPE

Arme secondaire

PMM

PISTOLET

GSh-18

PISTOLET

Gadget

Explosifs

Grenade frag

Capacité unique

SHOOT D'ADRÉNALINE

Biographie
Nom de naissance
Lera Melnikova
Date de naissance
7 JUIN 1989
Lieu de naissance
GOMEL, BIÉLORUSSIE

EXPÉRIENCE

Lera avait neuf ans lorsqu'elle a appris qu'elle était atteinte d'une neuropathie entraînant une lente dégénérescence musculaire et la perte de sensations dans les membres et les extrémités. Elle est née en Biélorussie, dans la ville irradiée de Gomel, trois ans après la catastrophe de Tchernobyl. Ayant grandi parmi des enfants souffrant d'anomalies congénitales, elle a vu ses craintes se réaliser lorsqu'elle a reçu son diagnostic. Quand ses parents l'ont encouragée à pratiquer des activités physiques tout autant que ses sœurs cadettes, elle n'a pas ménagé ses efforts, afin de rester en pleine forme et de résister à sa neuropathie. Selon sa logique d'enfant, elle ne pouvait pas être malade si elle menait une vie saine.

Parmi les activités sportives que les trois enfants Melnikova ont pratiquées en grandissant, Lera excellait dans celles qui nécessitaient de l'agilité et de la finesse. Elle savait cependant que sa neuropathie ne ferait qu'empirer tant qu'une solution plus permanente n'aurait pas été trouvée, c'est pourquoi elle a décidé de prendre les choses en main.

Lera est partie étudier à l'université d'État de Novossibirsk, où elle a décroché un doctorat en microbiologie et en immunologie. Elle est ensuite restée dans le laboratoire de biotechnologie et de virologie de l'école pour continuer ses recherches, qui ont permis la découverte de traitements à base de médicaments et de nanites auto-dissolvants pour plusieurs affections pathogènes et neuropathies. Elle n'était pas parvenue à guérir sa maladie, mais elle avait réussi à la faire entrer en rémission.

Lera aurait peut-être poursuivi ses recherches académiques si elle n'avait pas reçu la visite du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, ou FSB. Les membres des Spetsnaz russes et d'autres agents spéciaux faisaient de plus en plus fréquemment face à des matériaux dangereux, dont des composés organophosphorés comme le gaz VX. Pour la première fois de sa vie, Lera s'est mise à regarder au-delà de ses propres préoccupations. Elle sauvait des vies qui lui étaient parfaitement inconnues et ces patients lui expriment encore leur gratitude sous forme de cartes postales, de photos et de lettres. Et elle pouvait avoir un impact encore plus grand. Lera a sauté sur l'occasion de travailler avec des volontaires des Spetsnaz aux conditions physiques variées pour adapter les nanobots à leur physiologie hors norme. Elle a rapidement apprécié la camaraderie mêlée de rivalité qui régnait au sein des forces spéciales russes, ainsi que leur robustesse mentale. Elle s'est engagée dans l'armée dans le but de devenir elle-même un Béret rouge et sauver des vies en tant que spécialiste en menaces nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC).

En servant l’armée russe, Lera prouva rapidement qu’elle était physiquement et mentalement résistante, suffisamment pour tenter d’intégrer les Spetsnaz. La formation fut difficile, et s’acheva avec un entraînement au combat rapproché au couteau avec Kapkan. À cause d'un faux pas au moment d'une attaque dévastatrice de Kapkan, ce dernier parvint à lui donner un coup de couteau bien placé qui lui ouvrit le visage, du sourcil jusqu’à la joue, mais avant d’être mise K.-O. par la douleur, Lera réussit à lui asséner une série de coups qui lui brisèrent le nez et les côtes. Les deux combattants finirent leur nuit dans l’infirmerie, silencieux, mais savourant la relation de respect qui naissait entre eux. C’est à cette occasion qu’elle gagna son surnom, "Finka", qui signifie "couteau".

Lera est devenue spécialiste NRBC des Spetsnaz en rejoignant l'unité Vympel sous le commandement du FSB. Elle utilise ses nanobots pour aider ses coéquipiers à survivre dans les zones dangereuses, étant l'une des rares personnes capables d'adapter la configuration des nanobots à des agents spécifiques.

Après s'être distinguée grâce à son travail sur la restructuration des protocoles de combat russes concernant le maniement et la neutralisation des produits dangereux, elle est devenue l'experte en la matière lors des exercices conjoints avec d'autres UAT. Lorsque Six a proposé à Lera d'aider Rainbow Six à former sa propre unité NRBC, son premier choix s'est porté sur Olivier "Lion" Flament.

RAPPORT PSYCHOLOGIQUE

Lera a découvert que sa neuropathie commençait à résister au traitement. Ses anciennes peurs sont revenues la hanter, et elle a commencé à analyser chacune de ses douleurs tout en cherchant à rester la plus performante possible. Elle modifie constamment sa formule pour soulager les élancements et engourdissements qui lui semblent être le début de la fin. Lors de ses séances d'exercice avec IQ et Valkyrie, elle pousse ses efforts jusqu'à en vomir. Seule Valkyrie semble comprendre les problèmes dont souffre Lera. Cette dernière est toujours incapable de faire la différence entre sa maladie et la fatigue normale. Elle est obnubilée par ses peurs qui la motivent tout en la poussant à l'excellence. Lera n'est plus toute jeune, mais elle s'accroche toujours plus désespérément à la vie. Elle tente secrètement de trouver un nouveau traitement, mais Doc est au courant et la surveille de près, pour s'assurer que la maladie n'affecte pas ses performances. Elle n'a parlé de ce problème à personne d'autre, pas même à Kapkan, son mentor, ni à Tachanka avec qui elle aime boire des coups et parfois flirter.