Solis | Agents | Tom Clancy's Rainbow Six Siege | Ubisoft (FR)

Retour
Solis icon

Solis

AFEAU

Camp
Défenseur
ESCOUADE
Ghosteyes
Rôle
Renseignements
SANTÉ
Vitesse

CAPACITÉS ET STYLE DE JEU UNIQUES

La vérité éclate au grand jour grâce au capteur électrique SPEC-IO de Solis, un nouveau dispositif de détection de gadgets pour les défenseurs. Avec la possibilité de marquer ou pinger les appareils électroniques de ses adversaires, personne ne pourra se cacher.

Équipement

Arme principale

P90

MITRAILLETTE

ITA12L

FUSIL À POMPE

Arme secondaire

SMG-11

PISTOLET-MITRAILLEUR

Gadget

Grenade à percussion

Caméra blindée

Capacité unique

Capteur électrique SPEC-IO

Biographie
Nom de naissance
Ana Valentina Díaz
Date de naissance
18 septembre (37 ans)
Lieu de naissance
Zipaquirá, Colombie

ÉDUCATION

"L'humain ment. Les données, jamais."

Díaz a eu une enfance plutôt tranquille à une époque pourtant dangereuse en Colombie, dans une famille qui lui a appris la valeur de la vérité. En tant qu'aînée d'une fratrie de quatre, elle ressentait un besoin inné de protéger son prochain et a donc fini par rejoindre la police nationale. Mettant à profit sa passion pour les ordinateurs et pour la littérature, ainsi que sa détermination inébranlable, elle n'a pas tardé à faire ses preuves en tant qu'enquêtrice. Après avoir reçu une récompense pour avoir mis au jour la corruption qui gangrénait le milieu, elle a commencé à s'entraîner pour intégrer les forces spéciales et a obtenu une place au sein de l'AFEAU.

Malgré son profil plutôt cérébral, elle maîtrisait étonnamment bien le tir et le combat au corps à corps. Elle n'avait donc rien à envier à ses camarades. Díaz a travaillé dans le contre-espionnage avec la Direction nationale du renseignement et a mené une initiative visant à collaborer avec des entreprises développant des technologies de réalité augmentée pour accroître l'efficacité de son unité. Elle menait en même temps une vie secrète en ligne, puisqu'elle surveillait la corruption systémique depuis le dark web. Elle a fini par découvrir des transactions qui liaient plusieurs hommes politiques à des réseaux de trafiquants d'Amérique du Sud. Grâce à son travail, des mesures de répression ont été mises en place, et c'est alors que le spécialiste Santiago "Flores" Lucera a eu vent de son existence et l'a recommandée à la spécialiste Taina "Caveira" Pereira.

RAPPORT PSYCHOLOGIQUE

En tant que linguiste, la spécialiste Ana "Solis" Díaz emploie des termes précis laissant peu de place à l'interprétation. Comme elle l'a dit elle-même, "puisque la moindre confusion représente un risque, la précision est de mise".

Pour illustrer son propos, elle a évoqué l'une de ses opérations à Bogotá, au cours de laquelle elle avait pour mission de protéger un haut dignitaire. L'homme a refusé de lui expliquer qui le pourchassait (et pourquoi), son unité a donc dû agir sans les informations nécessaires... Et certains de ses coéquipiers ont été gravement blessés. Cet événement a rappelé à Díaz pourquoi elle souhaitait quitter ce milieu.

Díaz a été choquée en apprenant que son premier officier supérieur était impliqué dans une entreprise criminelle locale. Sa communauté a été menacée lorsque la police a initié une fusillade avec les criminels en question et que des civils ont été pris entre deux feux. Díaz a notamment perdu sa tante, dont elle portait le nom. Après cet événement, elle n'a plus supporté le surnom "Anita", le considérant comme le sceau de la honte, le souvenir d'un échec.

"Dans un système corrompu, la confiance n'est pas de mise, les inégalités sont la norme et ceux que nous devons protéger deviennent sacrifiables". Elle ne fera jamais de concessions pour quiconque favorise un tel environnement. Elle souhaite grimper dans les échelons, non pas par ambition, mais pour opérer des changements là où personne d'autre ne le ferait. […]

J'ai remarqué que Díaz s'était très vite entendue avec Zero, et elle m'a avoué qu'elle s'était déjà renseignée sur sa carrière auparavant. Elle le considère comme une légende et estime avoir beaucoup à apprendre de lui. Elle ne manque pas une occasion de s'entraîner à ses côtés et de lui poser des questions autour d'un café. Cela ne semble pas le déranger, et avoir un mentor ne ferait pas de mal à Díaz. […]

Díaz est consciente de ses capacités, mais elle semblait plutôt troublée lorsque nous discutions de l'opération à venir. Elle s'impose une grande pression et associe sa valeur à ses succès, alors sa peur de l'échec ne me surprend pas. Je pense qu'elle sera plus à l'aise lorsqu'elle aura enfin réalisé qu'elle est entourée de spécialistes parfaitement compétents.

-- Dr. Harishva "Harry" Pandey, Analyste du comportement

CHOISISSEZ VOTRE AGENT

Visiter nos autres réseaux sociaux